Chirurgie (FAQ)

FAQ tirée de nos bulletins d’Information

Depuis mon iridotmie au laser, je souffle de diplopie (vision double) lorsque je fixe la lumière. Mon docteur m’a prescrit un tatouage cornéen. S’agit-il d’une procédure normale?

Une vision embrouillée ou balayage optique survient lorsque la lumière atteint le ménisque lacrymal à la périphérie de la paupière, puis s’infiltre dans la petite ouverture effectuée au laser. C’est l’emplacement de l’iridotomie qui donne lieu à cet effet secondaire, et un tatouage cornéen est le meilleur moyen de résoudre ce problème. On pratique un tatouage sur la cornée, directement au-dessus de l’endroit où l’on a pratiqué l’iridotomie, de manière à réduire l’infiltration de lumière dans la petite ouverture.

Comment mesure-t-on l’efficacité de la trabéculoplastie au laser argon et de la trabéculoplastie sélective au laser?

Des études ont récemment permis de démontrer que le taux d’efficacité de la trabéculoplastie au laser argon et de la trabéculoplastie sélective au laser était presque identique. On pratique la trabéculoplastie au laser argon depuis plus de 20 ans et la trabéculoplastie sélective au laser depuis environ 15 ans. La trabéculoplastie au laser argon a recours à un laser dit « universel », tandis que la trabéculoplastie sélective au laser fait appel à un laser unique et à aucune autre application, ce qui fait qu’elle est moins répandue.

Dans les deux cas, on traite les canalisations internes du liquide oculaire au laser. Or, le modus operandi de ces trabéculoplasties est différent. Dans le cas de la trabéculoplastie au laser argon, on crée des marques de brûlure qui, en rétrécissant, ouvrent le secteur entre les marques de brûlure afin d’accroître l’écoulement du liquide oculaire. De son côté, la trabéculoplastie sélective au laser a pour objectif d’enflammer les canalisations, « recrutant » par ce fait des cellules qui nettoient les débris logés dans les canalisations, afin d’augmenter l’écoulement dans ces dernières.

Dans le cas de la trabéculoplastie au laser argon, lorsque 360 degrés des canalisations ont été traitées – soit deux traitements –, on ne peut plus aller plus loin. De son côté, la trabéculoplastie sélective au laser peut être répétée à plusieurs reprises, mais la fréquence fait toujours l’objet de controverses. Par ailleurs, les effets secondaires sont les mêmes quel que soit le type de chirurgie.

Quel est le taux d’efficacité d’une trabéculectomie et combien de temps doit-on attendre avant de crier « victoire »?

Après 5 ans, le taux d’efficacité d’une trabéculectomie est de 80 %. Notez que l’opération peut connaître des ratés à tout moment après la période postopératoire. Pour assurer le succès de l’opération, il est primordial de suivre à la lettre les traitements postopératoires et de consulter son chirurgien fréquemment.

Le taux de complications est de moins de 2 pour cent. Parmi les complications les plus communes, notons les hémorragies, les infections ou la perte de la vue. Pour ce qui est des complications à long terme, citons une pression oculaire élevée, une pression oculaire trop faible et des infections.

Qu’est-ce que le iStent? Comment fonctionne-t-il?

Le iStent est un petit dispositif qu’on insère dans le canal de drainage de l’œil afin de favoriser l’écoulement. Certaines personnes atteintes de glaucome pourraient devoir recevoir un iStent lors d’une chirurgie de la cataracte.

Le iStent est utile lors des premiers stades des glaucomes à angle ouvert, de gravité légère ou modérée. Il pourrait permettre d’éliminer le recours à un ou à plusieurs médicaments. Ses principaux désavantages sont le coût élevé de son installation et le manque d’études à long terme.

Combien de temps faut-il accorder pour recouvrer la vue après une trabéculectomie? Si la vue ne redevient pas complètement normale, est-il possible de remplacer le cristallin, comme c’est le cas dans le cadre d’une chirurgie de la cataracte?

Après une opération, il est normal que la vision soit trouble pendant 8 à 10 semaines, surtout si vous prenez des gouttes ophtalmiques stéroïdiennes comme le prednisolone ou le Maxidex.

Votre vision pourrait également être trouble sur votre tension oculaire est basse.

Après remplacement du cristallin lors d’une chirurgie de la cataracte, il est très rare qu’on le remplace de nouveau. Ceci dit, une capsulotomie au laser Nd-YAG (polissage du cristallin) pourrait vous être utile.

Un an après avoir subi une chirurgie pour traiter le glaucome, quelle est la tension oculaire normale?

Il n’existe pas de tension oculaire dite « normale ».

Pour traiter le glaucome le mieux possible, les médecins établissent pour chaque patient une tension-cible spécifique qui contribuera selon eux à freiner l’endommagement du nerf optique ou du champ de vision. Plus le glaucome a fait de dommages, plus on baisse la tension-cible.

Dernièrement, CTV présentait un reportage sur une nouvelle technique révolutionnaire visant à réduire la pression intraoculaire, soit l’insertion d’une endoprothèse dans l’œil. Comment dois-je m’y prendre si je souhaite qu’un chirurgien examine ma mère pour savoir si elle est en mesure de subir cette opération?

Demandez au docteur de votre mère qu’il vous réfère à un chirurgien qui se spécialise dans l’installation d’un type d’endoprothèse qu’on appelle communément iStent. Avant d’aller plus loin par contre, on devra déterminer si votre mère est apte à subir ce genre de chirurgie. Dans le cadre de l’évaluation, on examinera la circulation dans l’œil ainsi que la gravité même du glaucome (léger, modéré, avancé).

Le iStent est un traitement nouveau genre qui n’est offert que depuis environ deux ans. Ce dernier peut éliminer le recours à certains types de gouttes oculaires. Le iStent est à son plus efficace chez les glaucomes légers ou modérés.

Il est préférable de procéder à l’insertion du iStent de concert avec la chirurgie de la cataracte. Le seul hic : chaque iStent coûte 500 $, un montant qui n’est pas couvert par l’Assurance-santé de l’Ontario. Résultat : ce traitement pourrait ne pas être offert dans tous les hôpitaux. Ceci dit, certains modèles de type « utilisateur payeur » pourraient avoir été mis en place chez certains établissements.

Dernièrement, CTV présentait un reportage sur une nouvelle technique révolutionnaire qui consistait à insérer une endoprothèse dans l’œil afin de redonner espoir à certaines personnes atteintes de glaucome. Est-ce une opération que devraient considérer les personnes atteintes de glaucome au moment de subir une chirurgie de la cataracte?

Certains patients pourraient en effet être des candidats pour cette endoprothèse – baptisée iStent – au moment de subir une chirurgie de la cataracte. Le iStent est conçu pour les glaucomes légers ou modérés et pourrait éliminer le recours à certains médicaments pour le glaucome. Il existe toutefois deux ombres au tableau : le coût élevé du iStent et le manque d’études à long terme sur son efficacité.

Que dois-je faire après une chirurgie oculaire?

Après un traitement au laser, assurez-vous de bien comprendre et suivre les instructions de votre docteur relativement aux gouttes ophtalmiques. La convalescence après une trabéculectomie peut être de six à huit semaines, ou plus. Pendant votre convalescence, évitez de vous pencher, de soulever des lourdes charges ou d’effectuer des activités physiques éreintantes. Ne nagez pas avant que votre docteur vous en ait donné la permission.

Mon père a reçu un diagnostic de glaucome voilà plus de cinq ans et prend des gouttes ophtalmiques. Quels sont les avantages de la chirurgie par rapport aux gouttes ophtalmiques?

La chirurgie traditionnelle pour le glaucome est une trabéculectomie avec Mitimycine C. Il s’agit d’une opération de 45 minutes accompagnée d’une convalescence allant de 6 à 8 semaines, en général.

Parmi les avantages de la chirurgie, notons la baisse de la pression intraoculaire, une réduction de la variation de la pression intraoculaire ainsi qu’un arrêt éventuel de la prise de gouttes ophtalmiques. Parmi les risques, notons le saignement, la perte de vision, l’infection ainsi qu’un taux d’échec de 20 % sur cinq ans.

Certaines opérations modernes sont moins envahissantes et offrent une convalescence plus rapide (Trabectome, iStente, canaloplastie), mais elles ne parviennent pas à réduire la pression intraoculaire aussi efficacement que la trabéculectomie, ce qui fait que certains patients pourraient devoir continuer à prendre des gouttes ophtalmiques ou recevoir une autre opération.

J’ai reçu un diagnostic de glaucome et j’ai subi une trabéculectomie il y a deux semaines. On m’a dit que je pourrais devoir subir une autre chirurgie. Est-ce habituel?

Il n’est pas habituel de subir une deuxième chirurgie peu après avoir subi une trabéculectomie, lors de laquelle on abaisse la pression intraoculaire en pratiquant une mince ouverture dans l’œil pour contourner le canal interne de l’œil. Après cette opération, l’ouverture pratiquée pourrait être soit trop grande, soit trop petite, ce qui occasionne une pression intraoculaire anormalement faible ou élevée. Si cela persiste, vous pourriez effectivement devoir subir une autre chirurgie.

Savez-vous pourquoi certains yeux refusent de s’engourdir lors d’une anesthésie?

Il est rare que l’œil ne soit pas complètement engourdi lors d’une anesthésie locale. Par contre, chez certains patients, l’anesthésie locale ne s’avère pas très efficace. Parmi les raisons, notons l’hypersensibilité de l’œil en raison de médicaments ou d’une chirurgie antérieure. De plus, les yeux qui larmoient abusivement pourraient diluer les gouttes anesthésiques.

Une injection autour de l’œil s’avère parfois nécessaire pour éviter tout inconfort. Pour la chirurgie, une anesthésie générale pourrait s’avérer plus judicieuse.

Devrais-je subir une chirurgie correctrice LASIK s’il y a des cas de glaucomes dans ma famille éloignée ? Est-ce que ce genre de chirurgie pourrait rendre plus difficile le traitement éventuel du glaucome?

Le risque est plus élevé lorsque c’est votre famille immédiate qui en souffre (mère, père, frères, sœurs). Si les cas de glaucome se limitent à votre famille éloignée, le risque est moindre. Par ailleurs, le glaucome peut sauter une génération.

La chirurgie LASIK amincit la cornée. Votre docteur pourrait sous-estimer la pression intraoculaire dans une cornée mince et omettre de diagnostiquer le glaucome. Dans l’avenir, si vous désirez obtenir un facteur correctif donné relativement à la pression intraoculaire, faites mesurer cette dernière à répétition la veille et le lendemain de votre chirurgie LASIK.

Pour soigner mon glaucome, mon médecin m’a recommandé un traitement au laser. S’agit-il d’une intervention efficace?

Il peut être éprouvant pour les personnes atteintes de glaucome de prendre divers types de gouttes ophtalmiques. C’est pourquoi les médecins recommandent le traitement au laser à des stades de plus en plus précoces de la maladie. Par ailleurs, le traitement au laser d’aujourd’hui comporte des effets secondaires moindres.

La trabéculoplastie sélective au laser réduit la pression oculaire de près de 20 %, ce qui est comparable à l’ajout d’un autre médicament à une liste qui est dans certains cas très longue. Le traitement au laser n’est toutefois pas un remède contre le glaucome. Ce genre d’intervention n’est pas toujours couronné de succès, ses résultats peuvent n’être que temporaires et votre ophtalmologiste doit malgré tout continuer à mesurer votre pression oculaire.

L’état de mon glaucome nécessite une intervention chirurgicale. Quelles options s’offrent à moi?

L’intervention de prédilection pour traiter le glaucome est la trabéculectomie. Les médecins l’utilisent depuis 30 ans et son taux d’efficacité est très encourageant. Une étude menée récemment a démontré qu’une chirurgie filtrante (de dérivation) présente des résultats semblables à la trabéculectomie et des effets secondaires potentiellement moindres. Jadis, on réservait principalement ce genre d’intervention à des cas complexes pour lesquels la trabéculectomie s’était avérée inefficace.

Pourquoi les cellules nerveuses touchées par le glaucome ne peuvent-elles pas se régénérer?

L’œil est composé de cellules nerveuses très complexes, des prolongements du cerveau incapables de se régénérer lorsqu’elles sont endommagées. Actuellement, les spécialistes ont uniquement réussi à régénérer certaines cellules neuronales en laboratoire. Dans les années à venir, nous tenterons de mettre au point des médicaments qui pourront contribuer à prolonger la durée de vie des cellules endommagées ou à prévenir le dommage, tout simplement.